Le Canard Libéré organise la 4ème édition du Fica

affiche_fica_2021_newsite.jpg


 Dans le cadre de son programme d’activité, Le Canard Libéré organise, du 2 au 5 décembre 2021 à Agadir, en partenariat avec l’Association marocaine de la caricature (MAC) et l’Association Waz, la 4ème édition du Festival international de la caricature en Afrique (FICA) et le 4ème concours international de caricature Maroc 2021. Le thème choisi pour cette année est inévitablement le sujet d’actualité par excellence : « Comment le coronavirus a changé le monde ? » Ce sujet a inspiré pas moins de 449 dessinateurs issus de 72 pays qui ont enrichi cette édition avec quelque 1100 œuvres qui, différentes les unes des autres, sont toutes très parlantes.
Promouvoir l’art de la caricature et le dessin de presse comme moyen d’expression à travers un événement annuel organisé au Maroc avec l’ambition qu’il rayonne au-delà, tel est l’objectif des promoteurs du Festival. Sur ce plan, la réussite est au rendez-vous puisque le Fica connaît un engouement grandissant au fil des années grâce à l’engagement fort et sans faille de la communauté des dessinateurs locaux et étrangers qui se sont appropriés l’événement et que nous remercions vivement pour leur dévouement professionnel et leur confiance.    
Encouragés par ce succès, les promoteurs du Fica œuvrent à chaque fois  pour capitaliser sur la réussite des éditions précédentes, tout en travaillant sur la fidélisation des dessinateurs marocains, africains et étrangers mais aussi du public, enfants, jeunes et adultes auxquels le Fica consacre une grande importance et  des espaces assez larges via des ateliers spécifiques.  A cet effet, deux ateliers seront animés par un groupe de dessinateurs professionnels au profit des enfants de la région Souss-Massa.
En plus de l’exposition permanente des caricatures et une conférence autour du thème de la caricature et la liberté d’expression animée par une brochette de chercheurs universitaires, le Festival rendra un hommage appuyé au caricaturiste marocain Mustapha Anaflous, en guise de reconnaissance de sa contribution à l’enrichissement du champ culturel et médiatique marocain.
/


Page lue 242 fois