Emad Hajjaj fait face à des accusations d'insulte à la religion

imadunee.jpg

Emad Hajjaj a bouleversé les chrétiens et les musulmans avec sa caricature représentant Jésus "renonçant" au patriarche orthodoxe grec

le dessinateur de renom qui a représenté Jésus-Christ dans un dessin humoristique critiquant l'Église orthodoxe grecque fait face à la cour après avoir offensé les chrétiens et les musulmans.

imad2.jpg

Le procureur général d'Amman a appelé Emad Hajjaj pour interrogatoire mardi suite à des plaintes selon lesquelles il avait insulté la religion mais ne l'avait pas détenu.

"L'interrogatoire est en cours. Le procureur a entendu le témoignage à la fois de Hajjaj et de la personne qui a déposé la plainte ", a déclaré son avocat, Mahmoud Quteishat. "Le procureur ne l'a pas détenu. Et il écoutera d'autres témoins et décidera s'il veut le renvoyer devant le tribunal. "Hajjaj pourrait faire face à des accusations d'insulte à la religion et d'incitation à la discorde sectaire et, s'il était reconnu coupable, pourrait être condamné à une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à trois ans.

La fureur entourant Hajjaj, qui est célèbre dans toute la Jordanie, provient d'un dessin animé qu'il a publié dimanche sur un site d'information régional, Al Araby Al Jadeed, et de sa page Facebook qui critiquait l'église orthodoxe grecque pour la vente de terres aux promoteurs israéliens. Le dessin représentait Jésus-Christ sur la croix en disant: "Je suis le Christ fils de Marie et je désavoue le patriarche Théophile III et tous ceux qui étaient impliqués dans la vente de la noble église orthodoxe grecque à l'occupation israélienne. "

Emad Hajjaj a dit que son dessin était mal compris et l'a supprimé après qu'il ait déclenché une vague de réactions en colère sur les médias sociaux. Les chrétiens l'ont accusé de diffamer la religion et d'essayer d'enflammer la discorde dans un pays qui est fier de son histoire de tolérance religieuse, mais qui lutte pour contourner la violence qui a englouti la région. Hajjaj a dit qu'il a même reçu des menaces de mort.

Dans les commentaires sur Facebook, un (chrétien) a demandé: «Qui es-tu et pourquoi allumes-tu la discorde?» Un autre a écrit: «De mon point de vue de chrétien, Hajjaj m'a offensé et le symbole le plus important de ma vie.

On a également dit que Hajjaj devrait être tué, comme Nahed Hattar, l'écrivain jordanien qui a été abattu l'année dernière après un dessin animé qu'il a partagé sur sa page Facebook représentant Dieu et le ciel a déclenché la colère dans le royaume.

Les musulmans étaient également irrités par la représentation d'un prophète qui est interdit dans l'Islam et aussi parce qu'ils ne croient pas que Jésus a été crucifié. Certains ont appelé Hajjaj, qui est musulman, un infidèle.

Hajjaj maintient qu'il visait spécifiquement le patriarche orthodoxe grec de Jérusalem pour avoir vendu de grandes portions de terres dans la ville ainsi que Césarée, Jaffa et Tibériade à des compagnies offshore privées. Selon le journal israélien Haaretz, qui a exposé les ventes de terres le mois dernier, les terres ont été vendues à des prix extrêmement bas à des entreprises dont les propriétaires sont inconnus parce qu'ils sont enregistrés dans des paradis fiscaux.

Selon le rapport, environ 430 dounams (108 acres) de terres ont été vendus à Césarée pour 1 million de dollars (3,67 millions de dirhams), six dounams avec des locataires commerciaux à Clock Tower Square à Jaffa pour 1,5 million de dollars et une partie du quartier de Givat Oranim à Jérusalem. appartements a été vendu pour 3,3 millions de dollars.


Page lue 31 fois