Le caricaturiste d'origine indienne en

Afrique du Sud a demandé de fermer

son école de design

Nanda.jpg

 le caricaturiste sud-africain Nanda Sooben, originaire de l'Inde, qui caricature souvent des personnalités politiques, a été invité par le gouvernement à fermer son école de design, a déclaré ses partisans.

Sooben, dont le travail a été loué par l'ancien président Nelson Mandela et qui fait partie de la collection d'homme d'homme ancien, a créé le Centre de beaux-arts, d'animation et de design en 1994, alors que la démocratie débuta en Afrique du Sud.

Il a été chargé d'arrêter les leçons après que le Département de l'éducation l'a informé que son accréditation pour opérer en tant qu'institution d'enseignement supérieur privé avait été suspendue pour la deuxième fois en quelques semaines.

Soobben a fait appel de la décision 'mais a refusé d'arrêter de donner un tutorat à ses 20 élèves - dont la moitié étudie gratuitement.

Soobben a déclaré que la première fois que son accréditation avait été suspendue était parce qu'il ne pouvait pas fournir les détails du département des étudiants.

«J'ai été volé à quatre reprises et j'ai forcé de déménager des locaux. Le ministère a suspendu notre accréditation parce que nous n'avions pas la base de données de nos étudiants qui avait été volée chez les cambrioleurs avec tous nos ordinateurs. Nous avons ensuite mis en place une nouvelle base de données appelée Et ont été réintégrés ", a-t-il déclaré par TimesLive.

L'accréditation de l'école a été suspendue à nouveau lors de «suite à leur déménagement», ils n'ont pas fourni au ministère un rapport sur la santé et la sécurité.

"Nous sommes passés pressés en raison de la situation de la criminalité. Mais nous avons fait le rapport et l'avons envoyé dans le délai spécifié. Ils disent que l'appel est en instance, mais nous sommes toujours suspendus", a-t-il ajouté.

Sooben a été reconnu comme le premier dessinateur de note non-blanc du pays, qui ne pouvait pas être employé par les journaux traditionnels malgré son talent en raison des lois anti-apartheid et de sa résistance à eux.


Page lue 154 fois